« Pas d’alliance électorale prévue entre les trois partis souverainistes »

18 décembre, 2012  |  Blogue

 

Ce mardi 18 décembre 2012, La Presse a publié sur son site Internet un article intitulé « Pas d’alliance électorale prévue entre les trois partis souverainistes », signé par Jocelyne Richer de La Presse Canadienne.

Le NMQ prend acte de cet article (ou plutôt éditorial, de la façon dont il se termine).

Voici nos observations, sur deux fronts:

 

AU PLAN MÉDIATIQUE:

1 — La journaliste confirme avoir écrit l’article la semaine dernière sous forme de pré-papier en vue des Fêtes pour ne le publier qu’aujourd’hui. Ça donne une idée de la foi qu’elle porte à ce débat.

2 — La fin de l’article est un éditorial.

3 — La journaliste n’a parlé qu’à Jean-Martin Aussant. Elle a interprété littéralement le refus de parler du PQ, pour autre chose que le refus du PQ de lui parler à elle, en plus d’analyser les deux autres formations à la lumière d’autres citations parmi lesquelles elle fait le tri de ce qu’elle veut bien garder. Ce qui ne constitue pas une photo-réalité du moment où elle a écrit son article, car elle n’a parlé qu’à une seule formation.

4 — Par conséquent, nous ne croyons pas être en présence du portrait le plus fidèle de la situation. Surtout qu’à aucun moment la journaliste ne fait mention de la base militante des partis…

 

AU PLAN POLITIQUE:

Clairement, la direction du PQ est en «réaction». Elle a fermé toutes les vannes sur le sujet de la convergence des forces indépendantistes. Soit.

En apparence, il s’agit là d’une très mauvaise nouvelle par rapport à l’an dernier. Ça donne envie de rouspéter. Mais attendons. Il faut voir plutôt cette réaction comme une étape. Cet article est un signe clair que le débat sur la convergence des forces dérange, que ça ébranle les troupes, que ça se «rend» jusqu’en haut. Ce qui n’était pas évident l’an dernier.

À notre avis, c’est la première étape avant la véritable reconnaissance du problème et la recherche d’une solution.

Que chacun comprenne. Peu semblent voir que la partie est déjà commencée et que, même quand des papiers comme celui-ci apparaissent décourageants, ils sont encourageants dans la dynamique en cours. En effet, chacune des formations politiques joue depuis la mi-novembre à « qui-pliera-le-genou-le-premier ».

C’est la logique de la loi du plus fort qui prévaut en ce moment.

Mais la base militante indépendantiste, à part quelques personnes hyper-militantes (ceux qui sont dans les structures souvent et qui ne veulent pas – on les comprend – plier les genoux) ne souhaite pas voir les partis participer à ce jeu. La base militante, celle qui vote, veut l’indépendance comme nous.

En 2013, chaque parti devra revenir à sa base militante ou, si vous préférez à la raison. Nous faisons le pari que les directions de chaque parti ne pourront pas enfoncer à cette base militante la poursuite de la division dans leur gorge. Ils devront rendre des comptes… et écouter!

Donc, à vue de nez, ça peut avoir l’air de ne pas bien se présenter. Mais quand on se donne un peu plus de champ et de grandeur, on peut aussi considérer que la partie est plutôt… engagée ! À défaut d’être bien engagée.

En guise de conclusion, le NMQ propose à tous ce plaidoyer de… René Lévesque

Plaidoyer pour l’unité de René Lévesque from Jocelyn Desjardins on Vimeo.


Aucun commentaire


Rétroliens

  1. Bilan de l’année 2012 du NMQ | Un Nouveau mouvement pour le Québec
faire un don