« Le temps de bouter Charest dehors est venu »

1 août, 2012  |  Blogue, Communiqués de presse, Médias

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Réaction du NMQ au déclenchement des élections

« Le temps de bouter Charest dehors est venu »

— Jocelyn Desjardins

 

Montréal, mercredi 1er août 2012 – Le porte-parole du Nouveau Mouvement pour le Québec, Jocelyn Desjardins, souhaite transmettre les réactions suivantes à la suite de l’annonce par le premier ministre du Québec, Jean Charest, du déclenchement d’une élection générale, le 4 septembre.

« Les citoyens du Québec auront enfin une occasion de faire entendre leurs voix », déclare Jocelyn Desjardins, porte-parole du NMQ. « Ils auront l’occasion de bouter dehors un gouvernement qui n’est pas à l’écoute des citoyens, qui ignore leurs préoccupations, les divise profondément entre eux, restreint leurs libertés civiles, cultive le cynisme, déconstruit les fondements de l’État québécois et dépossède les citoyens de leurs ressources naturelles ».

« Je déplore le fait que les indépendantistes québécois entrent dans cette campagne électorale dans la désunion », reprend Jocelyn Desjardins. « Tôt ou tard cependant, dans la marche des Québécois vers leur liberté, l’unité de tous les indépendantistes devra se faire. Je fais confiance à l’intelligence politique des Québécois à qui appartient maintenant le devoir de défaire le gouvernement Charest. Afin de créer les meilleures conditions pour que cela se produise, j’appelle les partis indépendantistes à se ménager autant que possible l’un l’autre et à tourner toutes leurs énergies vers leurs adversaires communs : le Parti libéral du Québec et la Coalition avenir Québec. Nous réussirons à gagner lorsque nous apprendrons à respecter notre diversité d’indépendantistes ».

« Plus tôt cette année, le NMQ a encouragé une initiative d’unité indépendantiste, l’Appel au front uni, qui s’est soldé par un échec », poursuit Jocelyn Desjardins. « Le NMQ s’est assuré, lors des discussions ayant mené à cette initiative, que l’indépendance soit partie intégrante de la démarche. Les partis indépendantistes travaillaient à un pacte de non-agression grâce à une résolution commune portant sur l’identification d’adversaires communs. Nous tenons à rappeler à tous que le véritable adversaire est le statu quo, synonyme de recul durable, que proposent les partis fédéralistes que sont la CAQ et le PLQ ».

Après neuf ans de grande noirceur, il nous est donné de nous débarrasser du pire gouvernement depuis Duplessis. « La CAQ, à l’image du PLQ, propose de maintenir le Québec dans l’impasse canadienne. Les élections nous donnent l’occasion d’envoyer un message clair et d’affirmer haut et fort que le Québec est une véritable nation qui aspire à sa pleine liberté. Il faut en finir avec ceux qui restent à genoux devant le gouvernement fédéral, exclure ceux qui proposent dix ans d’abdication face à notre destin alors que nous souhaitons mettre toutes nos énergies à l’atteinte de notre liberté », fait valoir Jocelyn Desjardins.

Le NMQ appelle les Québécois de toutes les allégeances à s’informer du contenu des divers programmes électoraux et ne pas hésiter à s’engager dans un parti indépendantiste afin que la participation citoyenne reprenne son sens véritable.

Surtout, le NMQ appelle les Québécois à se déplacer en grand nombre le 4 septembre prochain afin de se faire entendre par la voie des urnes. « J’ai confiance », conclut Jocelyn Desjardins. « À l’heure des choix importants, devant ses heures les plus graves, le peuple québécois a toujours levé la tête, resserré les coudes et montré du cran. Le 4 septembre ne sera pas différent. Le peuple québécois fera un choix intelligent ».

– 30 –

Pour plus de renseignements :

Jocelyn Desjardins

Porte-parole, NMQ

514-604-6273

desjar@hotmail.com

 

 


1 Commentaire


  1. Les adversaires se frottent les mains de voir les indépendantistes monter au front dans la division. Faute des partis ou des individus? Les partis sont formés d’individus. Quand chacun veut avoir un parti à sa convenance avant d’avoir l’essentiel, c’est ce qui arrive faute d’avoir su mettre les priorités au bon endroit et au bon moment. C’est ce manque de vison collective d’individus qui devraient savoir ce que c’est que le bien collectif qui conduit la collectivité à sa division et à l’échec.
    D’autre part, on lit encore des jeunes déclarer qu’ils n’iront pas voter. C’est justement leur absence du vote aux dernières élections qui a mené à la situation que vivent les étudiants dont la voix ne s’est pas fait entendre aux dernières élections. Que de gâchis, de temps perdu, d’études bâclées avec des diplômes dont on pourra douter de la valeur pendant longtemps! Et tout ça parce qu’on aura négligé de se faire entendre quand c’était le temps.
    La démocratie n’est pas un système parfait car il n’en existe pas. C’est cependant mieux que rien du tout. Cessons de voir dans les représentations proportionnelles, les votes à deux ou trois tours… la solution miracle. Il y aura toujours des lacunes. Vivre en démocratie ne se limite pas à voter mais ça commence par là.

faire un don