Indépendance & République

3 juin, 2014  |  Non classé

Indépendance et républiqueLe 14 juin, le Nouveau Mouvement pour le Québec organise une Conférence citoyenne sur la République.

Conférenciers invités :

VLADIMIR DE THÉZIER
blogueur au Huffington Post Québec et sur le site Le République
TANIA LONGPRÉ
auteure de Québec cherche Québécois pour relation à long terme (VLB, 2013), blogueuse au Journal de Montréal et enseignante de francisation aux adultes
JULIE GUYOT
auteure (avec C.-P. Courtois) de La Culture des Patriotes (Septentrion, 2013) et professeure d’histoire au Cégep Édouard-Montpetit
STÉPHANE KELLY
auteur de La petite loterie (Boréal, 1997) et Les fins du Canada (Boréal, 2001) et professeur de sociologie au Cégep de Saint-Jérôme
DANIC PARENTEAU
auteur du Précis républicain à l’usage des Québécois (Fides, 2014), membre de la Commission nationale des États-généraux et de l’Exécutif du NMQ et professeur au Collège militaire royal de Saint-Jean

avec la participation de
PIERRE CURZI
porte-parole du NMQ

et animé par
ATÏM LEON

Espace culturel Centre-Nord, Salle La Cenne
7755, boul. Saint-Laurent (Métro De Castelneau)

Admission : 20 $
Étudiants et sans emploi : 10 $

Les fonds amassés serviront au financement du Rassemblement destiNation des 20 et 21 septembre prochain.

destiNation est un grand rassemblement citoyen indépendantiste, conjointement organisé par le Nouveau Mouvement pour le Québec et le Conseil de la souveraineté du Québec, ayant comme objectif principal de renouveler le mouvement indépendantiste, tant au niveau du discours qu’au niveau des éléments de contenu. Cet événement se veut la suite logique de l’Assemblée des États généraux sur la souveraineté, du Congrès de la Convergence nationale ainsi que de l’Assemblée générale du Conseil de la souveraineté ayant entamé une restructuration de son conseil d’administration. destiNation est un événement non partisan où les organisations de la société civile ainsi que les citoyen(ne)s ayant à coeur le projet d’indépendance du Québec et l’avenir du mouvement, sont invités à participer.

Confirmez votre présence
par courriel
ou sur Facebook !

Travaillons ensemble

RÉACTION DU NMQ FACE À LA DÉMARCHE DE CONVERGENCE DES MEMBRES D’ON ET DE QS

Que tous ceux qui aspirent à militer dans le prochain camp du OUI commencent tout de suite à y travailler ensemble. Tout autre scénario relèverait de la partisanerie et serait contre productif.

Le Nouveau Mouvement pour le Québec salue la démarche de convergence des membres d’Option nationale et de Québec Solidaire vers l’indépendance du Québec. La grande famille indépendantiste doit voir d’un bon œil la volonté de Québec solidaire d’exclure toute ambiguïté quant à la question nationale de son programme électoral. On doit également saluer la reconnaissance par Option nationale de l’existence d’autres porteurs légitimes de la cause nationale qu’eux-mêmes. Si le NMQ est enthousiaste face à la «redoutable synergie» que constituerait une alliance entre ON et QS, il l’est encore plus face à l’idée d’une union encore plus large, cimentée autour des résultats d’une assemblée constituante par exemple, qui réunirait tous les tenants d’une constitution du Québec. Depuis sa création, le NMQ affirme que l’énergie nécessaire à la naissance du pays ne pourra pas être déployée que par un seul groupe d’indépendantistes, aussi militants soient-ils, mais uniquement par l’ensemble des membres de notre grande famille. Que tous ceux qui aspirent à militer dans le prochain camp du OUI commencent tout de suite à y travailler ensemble. Tout autre scénario relève de la partisanerie et est contre productif.

En ce sens, malgré un refus initial de la part de leurs dirigeants respectifs, nous espérons que les membres de Québec Solidaire et d’Option nationale continueront à travailler à la convergence de leurs forces.

Pierre Curzi et le NMQ saluent la décision de retirer le projet de loi no 14

16 novembre, 2013  |  Communiqués de presse, Médias

Le Conseil exécutif du Nouveau Mouvement pour le Québec approuve la décision de la ministre, Mme Diane De Courcy, responsable de l’application de la Charte de la langue française, de retirer le projet de loi no 14.

Avant de se joindre du NMQ, Pierre Curzi avait déjà exprimé lors de la présentation d’un mémoire en commission parlementaire de sérieuses réserves quant à ce projet de loi. « Plutôt que de renforcer notre Charte de la langue française, ce projet, s’il avait été adopté à la suite des modifications proposées par les partis d’opposition, n’aurait apporté que des changements sans grande profondeur. Ces modifications visaient à affaiblir davantage la proposition de la ministre. Il valait mieux dans ce cas que ce projet soit retiré. » déclare aujourd’hui le président et porte-parole du NMQ, Pierre Curzi.

« Personne n’est dupe des arguments de la Coalition Avenir Québec. Leurs demandes d’amendements touchent directement les seules mesures dont on pouvait espérer un résultat tangible pour commencer à rétablir un peu d’équilibre linguistique. Leur refus est clair et les électrices et les électeurs s’en souviendront », affirme Pierre Curzi. Inutile de parler de l’opposition systématique des libéraux à toute bonification de la Charte de la langue française.

Souhaitons que les efforts de convergence du Nouveau Mouvement pour le Québec pourront contribuer lors d’un prochain scrutin général à l’élection d’une majorité de députés souverainistes et qu’ils sauront présenter un nouveau projet de loi plus consistant pour renforcer le français, langue officielle du Québec et langue commune de tous.

Ce n’est pas d’une Charte de la laïcité dont nous avons besoin pour affirmer nos valeurs, et toutes nos valeurs, mais d’une constitution du Québec

14 novembre, 2013  |  Communiqués de presse, Médias

Le Conseil exécutif du Nouveau Mouvement pour le Québec salue l’initiative du présent gouvernement d’enchâsser le principe de la laïcité de l’État dans une grande charte. « Ce principe reflète notre manière québécoise de situer la place de la foi dans l’espace public depuis que la Révolution tranquille a mis fin au pouvoir politique de l’Église », déclare Pierre Curzi, président et porte-parole du NMQ. Cette initiative marque une véritable rupture avec le principe canadien du multiculturalisme qui consacre la liberté de religion comme un droit individuel inaliénable, même lorsque celui-ci remet en cause le principe fondamental de l’égalité entre les femmes et les hommes. « Le véritable problème qui justifie aujourd’hui une telle initiative n’est pas, comme certains aiment à le croire, le fait que certains Québécois ou Québécoises pratiquent une religion différente de celle majoritaire au Québec, mais bien la politique canadienne de multiculturalisme », admet Pierre Curzi.

Sur la question litigieuse du port de signes religieux par les employées et employés des secteurs publics et parapublics, le NMQ craint surtout que ce débat divise le mouvement souverainiste à un moment où l’unité et la convergence sont essentielles. Nous espérons que la Commission parlementaire permettra de trouver un compromis honorable.

Nous déplorons toutefois le fait qu’on ait décidé de laisser aux députés de l’Assemblée nationale la décision de conserver ou de déplacer le crucifix du Salon bleu. « Ce symbole religieux n’a pas sa place au Salon Bleu et serait mieux logé dans un autre lieu choisi du Parlement », reconnaît Pierre Curzi.

Par ailleurs, il faut absolument qu’aux articles 40 et 41 de cette Charte soit éliminé le faux principe de « la primauté du français », un concept introduit par la Cour suprême du Canada dans ses jugements sur la Charte de la langue française. On doit impérativement revenir à la notion de « français, langue officielle du Québec et langue commune de tous les Québécois ». « Il est plus que temps d’en finir avec les atermoiements linguistiques », a réitéré le président du NMQ.

Cette initiative de Charte de la laïcité, aussi bien intentionnée soit-elle ne pourra faire autrement que de se heurter au système politique canadien. « Rappelons-nous à quel point la Charte de la langue française a été avec le temps charcutée par les juges de la Cour suprême du Canada, notamment sur la base de la Charte canadienne des droits et libertés. C’est assurément le sort qui attend cette charte » déplore Pierre Curzi. L’ordre idéologique et politique canadien a déjà indiqué par la voix de son gouvernement qu’il allait tout mettre en œuvre pour contester cette future charte. Si on veut asseoir sur des bases solides ce principe – et d’autres qui sont conformes à la manière dont nous avons au Québec de concevoir notre vivre-ensemble – c’est au sein d’une véritable constitution du Québec que ceux-ci devraient s’inscrire. « Ce n’est pas d’une Charte de la laïcité dont nous avons besoin pour affirmer toutes nos valeurs, mais d’une constitution du Québec », estime Pierre Curzi.

– 30 –

Pour les journalistes

Un 18 novembre sur la
« Souveraineté populaire et le pouvoir constituant »

5 novembre, 2013  |  Non classé

Notre prochain Lundi de l’indépendance réunira trois des huit commissaires de la deuxième phase des États généraux sur la souveraineté du Québec sur le thème de « Souveraineté populaire et pouvoir constituant ».

Venez discuter avec André Binette, Danic Parenteau et Sébastien Ricard ainsi qu’avec Pierre Curzi, porte-parole du NMQ.

Lundi le 18 novembre 2013

Au Gainzbar, 6289 rue Saint-Hubert
Montréal (Métro Beaubien)

19 h  |  Entrée libre

Confirmez votre présence par courriel ou via Facebook

Lundi de l'indépendance du mois de novembre 2013

 

 

 

faire un don